Eponges, Bryozoaires & Urochordés

Cette rubrique regroupe 3 embranchements très bien représentés dans le golfe d'Aigues-Mortes avec une grande variété d'espèces !

 

Et bien que ce soit des embranchements très différents et bien distincts, il est parfois très facile de les confondre pour certaines espèces.

 

Les éponges ou spongiaires (Vérongia, Eponge rognon, Eponge pierre...) sont animaux très simples et très abondants sur nos côtes. On distingue généralement un orifice appelé oscule qui est un pore exhalant, tandis que les pores inhalants sont appelés ostioles et ne sont pas visibles par le plongeur car ils sont microscopiques. C'est d'ailleurs un moyen de différencier certaines éponges avec des urochordés (ascidies). La cellule qui caractérise les éponges est appelée choanocyte et se trouve sur la paroi interne. Dotée d'un flagelle, les choanocytes pompent l'eau extérieure qui est filtrée en passant à travers la collerette de cils et leur permet de piéger les particules alimentaires.

  

Les bryozoaires ou Ectoproctes (Dentelle de neptune, Rose de mer, Faux corail, Bugula...) sont des colonies d'animaux (zoïdes ou zoécies) très petits qui ont une taille inférieure à 0,5 mm. Ces animaux sont donc invisibles pour l'oeil du plongeur mais la structure globale de l'ensemble de la colonie est en revanche bien visible. Toutefois, de part leur grand nombre, les structures ont souvent un aspect un peu "flou" ou "duvet" à leur surface, faisant deviner les milliers de lophophores (panache avec une couronne de tentacules autour de la bouche) des zoïdes. C'est un des critères qui peut permettre de faire la différence avec certaines éponges à l'aspect bien lisse.

 

Les urochordés ou tuniciers que l'on divise en 2 groupes :

  • Les Thaliacés (salpes, dolioles, pyrosomes) qui sont planctoniques, translucides ou transparents, solitaires ou en colonies. Attention à ne pas les confondre avec les cnidaires (méduses,..) et les cténophores (Béroé, Ceinture de Vénus,...).
  • Les ascidies qui sont benthiques (fixées sur un support) et se divisent en 3 sous-groupes :
    • Ascidies solitaires (Ascidie rouge, Ascidie blanche, Violet/Biju, ...) : non reliées à d'autres ascidies 
    • Ascidies sociales (Clavelines, Diazone, ...) : reliées à d'autres ascidies par une sorte de "tige" (le stolon) et toutes issues d’un même individu mère.
    • Ascidies coloniales (Botrylles, Fraise de mer...) : regroupées dans une même tunique avec souvent fusion des siphons exhalants avec autour de nombreux petits siphons inhalants.  

Les différentes vidéos à venir devraient vous permettre de mieux les reconnaitre !


Grande claveline

Clavelina lepadiformis

Urochordé/Tunicier de la classe des ascidies.

C'est une ascidie sociale que l'on peut parfois observer par bouquet d'un grand nombre d'individus, en particulier à Thau. Mais la plupart du temps on les observe par bouquet d'environ 10 "clochettes".

 

Chaque "clochette" est relié aux autres par une "tige" appelée stolon. L'aspect blanc transparent est très agréable à regarder, surtout de prés.

 

La vidéo montre le détail de ces animaux avec les 2 siphons, celui au centre pour faire rentrer l'eau (siphon buccal, inhalant) et celui plus excentré pour faire sortir l'eau (siphon cloacal, exhalant). Et c'est en filtrant l'eau que cet ascidie se nourrit de particules organiques et du plancton en suspension.



Suivez-moi maintenant ! / Follow me now!

Toutes les vidéos et les images de ce site sont la propriété exclusive de Pascal Girard.

Toute utilisation ou reproduction est formellement interdite sans accord préalable.

 

All videos and images on this site are the exclusive property of Pascal Girard.

Any use or reproduction is strictly prohibited without prior agreement.